Mairie de Sigean
10 Place de la Libération
11130 SIGEAN
04 68 40 24 24
04 68 48 87 89

contact@sigean.fr

AGENDA Trouver un évènement

Tout l'agenda
Visite virtuelle - Salle A PDF Imprimer Envoyer
Index de l'article
Visite virtuelle
Salle A
Salle A bis
Salle B
Salle C
Salle D
Salle E
Salle F
Toutes les pages

Présentation de la protohistoire dans les Corbières


L’Age du Fer, qui débute vers le VIIe siècle avant J.-C., est une période de profonde mutation (sociales, économiques, techniques …) dans les sociétés indigènes de la Gaule  méridionale.
Grâce à une ouverture au commerce méditerranéen, l’économie régionale est stimulée et les conditions de vie sont largement améliorées.
Ce sont les Grecs des îles (Rhodes, Samos …) et les Phénico-Puniques qui, les premiers, explorent notre rivage. Puis, le commerce connaît un développement considérable au VI s., lorsque le littoral est fréquenté par les Puniques de l’Espagne, les Étrusques et les Grecs de Phocée.
Le Narbonnais commerçait avec tout le monde méditerranéen : Hellènes, Grecs de Marseille, Phéniciens, Afrique du Nord, Celtes et Ibères !
Les Basses Corbières, comme l'ensemble du Narbonnais, sont occupées du VIe au IIe siècle av. J.-C. par la peuplade des Elisyques. Leur capitale, Naro, se situait au carrefour des routes d'Aquitaine et d'Espagne non loin de l'embouchure du fleuve Atax (Aude).
Dans l'orbite du chef-lieu gravitaient de nombreux oppida, tel PECH MAHO, fortin commandant la Voie d'Espagne et relais maritime.

 amphores

 


La découverte de nombreuses amphores vinaires et de vases à boire dans les sites côtiers utilisés comme relais par les navigateurs (commerçants) illustre bien l’importance du vin, base du trafic en Méditerranée.


Le dépôt d’amphores, retrouvé dans l’entrepôt commercial de Pech Maho est d’origine gréco-italique ou italo-massaliote. Ces amphores servaient au transport du vin, objet de troc et d’échange. Brisées lors du sac de l’oppidum, certaines sont porteuses d’inscriptions ibériques.